Adeline Spengler

Face à la multitude d’images qui nous sont proposées quotidiennement, ne vous êtes-vous jamais arrêtés sur l’une d’elles, intrigués, interpellés captivés ? C’est ce que nous avons ressenti en découvrant par hasard le travail d’Adeline SPENGLER et notamment « Some good things has gone ».

Adeline-Spengler
Adeline Spengler
La preuve était faite, là, devant nos yeux,  qu’une photo n’était pas uniquement faite pour capter le moment présent, mais qu’elle pouvait nous faire rêver, nous transporter, nous proposer un support vers une certaine réflexion poétique. Il devenait alors évident pour nous, voire indispensable, de vous présenter le travail d’Adeline SPENGLER, justement lauréate de plusieurs prix et exposée dans trois galeries. C’est avec plaisir que nous vous invitons  à venir découvrir ses photographies aux Confrontations Photo 2014 et à vous laisser aller à la rêverie…
Portrait : Copyright © 2014 – Anne-Caroline Rouyer

Copyright © 2014 – Adeline Spengler
http://adelinespenglerphotography.4ormat.com

Les 10 questions Conf' à Adeline Spengler

 

1Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?
Je suis née à Paris en 1971. Je suis issue d’un mélange de culture franco-russe. J’ai suivi des études d’art avant de devenir directrice artistique dans la presse et l’édition. J’aime aller au bout du monde. Et je crois aux rêves qui se réalisent.
2Quel est votre parcours photographique ?
J’ai commencé la photo tard, il y a environ 4 ans car j’ai exploré d’autres voies artistiques avant. Je suis totalement autodidacte. J’ai donc lu beaucoup pour comprendre la technique, j’ai fait beaucoup d’erreurs, d’expérimentations et aussi de photos ratées ! J’ai par contre, toujours été enveloppée par l’art, à travers ma famille et mon éducation, ce qui contribue à former son oeil. J’ai fait ma première expo personnelle à la fin de l’année 2011. Tout est allé très vite ensuite… D’autres expos, concours, publications… Je n’en reviens pas !
3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?
Celle qui fait battre votre coeur, celle qui vous parait soudain une évidence.
4Comment naissent vos photos (prise de vue, traitement, impression) ?
La prise de vue est plutôt très spontanée car le processus de maturation s’est fait avant. Le travail de post-prod est très important pour moi car c’est là que mes images commencent à prendre vie. Je les redécouvre et me les approprie réellement, quelquefois de longs mois après la prise de vue. L’étape finale du tirage d’art est toujours très émouvante. Tout devient concret.
5Qu’est-ce qui les inspire ?
Je dirais… à peu près tout ! J’ai mes thèmes de prédilection qui reflètent ma sensibilité mais qui sont assez universels finalement. La temporalité, les racines, l’enfance, le rêve, la perte de repères, la nature, la difficulté du choix.
6Quels sont les photographes que vous admirez ?
Il y en a beaucoup ! J’aime les images qui m’emportent loin et font écho à mon moi intérieur. Je suis très touchée par le travail de Sarah Moon, Francesca Woodman, Rinko Kawauchi, Tim Walker, Sandra Kantanen, Theo Gosselin, Richard Avedon, Paolo Roversi… Entre autres ! J’en oublie, c’est sûr !
7Quelle photo aimeriez-vous réaliser ?
Une photo en amène une autre… Beaucoup d’idées sont en train de mûrir doucement. Je ne sais pas encore où cela va m’emmener.
8Quels sont vos projets actuels ?
Je prépare mon projet pour le mois de juin pour Photo d’hôtel Photo d’auteur (PHPA), car j’ai la joie d’avoir été sélectionnée pour l’édition 2014, et un voyage en Asie prochainement qui devrait me permettre enfin de ralentir un peu le rythme pendant plusieurs semaines et me consacrer entièrement à la photographie.
9Qu’avez-vous envie de nous montrer lors de la prochaine édition des Confrontations ?
J’y réfléchis. Compléter une série en cours ou peut-être une toute nouvelle série, qui sait !
10Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?
Cela m’évoque l’idée de rencontres, de mélanges, de discussions et de richesse ! J’ai hâte !