Diane Bouchet et Pierre-Alain Ferrazzini

Les amateurs de petites voitures ont un monde à part ; même si les modèles, surtout d’époque, les Dinky Toys en tête sont très ressemblants et exécutés avec soin, il ne faut pas s’y tromper : ce n’est pas la référence à ces gros engins polluants qui empoisonnent l'air des villes qui prime. C’est l’objet en soi. Ce monde des petites autos a été merveilleusement mis en scène et en images dans Cars par le studio Pixar.

Bouchet Ferrazini
Diane Bouchet et Pierre-Alain Ferrazzini
Ferrazini et Bouchet par leur travail sur l’objet lui-même , mis en valeur par un cadrage savant et une lumière sophistiquée, nous entraînent dans la magie d’une histoire étrange, au titre intrigant « Casse au quarante-troisième ».
La référence au cinéma noir Français des années soixante est évidente. On s’attendrait à voir débouler un minuscule Bernard Blier en inspecteur bougon et sagace et un Lino Ventura miniature organisant une fuite en ambulance Cadillac sur la côte d’azur. Même si l’ensemble de ces photos forment un tout cohérent, chaque image tire sa force de la singularité de sa mise en scène et de l’originalité du point de vue et résonne ainsi avec nos souvenirs d’enfance.

Copyright © 2014 – Diane Bouchet et Pierre-Alain Ferrazzini
www.studioferrazzinibouchet.ch

Les 10 questions Conf' à Diane Bouchet et Pierre-Alain Ferrazzini

 

1Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?
Je suis photographe de studio, spécialisée dans la prise de vue d’objets d’art et dans la publicité. (D.B.)
Photographe de studio, spécialisé dans les prises de vue d’objets d’art et la photographie publicitaire. (P.A.F.)

2Quel est votre parcours photographique ?
Une formation de photographe et 20 ans de travail en duo. (D.B.)
Formation en photographie et 2 ans en tant qu’assistant dans un grand studio à Milan. (P.A.F.)
3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?
Une bonne photo est une image pour laquelle toute parole, tout commentaire est superflu. (D.B.)
Une image qui démontre une démarche esthétique. (P.A.F.)
4Comment naissent vos photos (prise de vue, traitement, impression) ?
Des heures passées dans le noir face à un objet avec pour instruments une chambre Sinar et des lampes flash. Le traitement, l’impression… La suite ne m’appartient pas et souvent je suis déçue du résultat. (D.B.)
Des commandes d’agences et de clients privés. (P.A.F.)
5Qu’est-ce qui les inspire ?
L’objet que l’on me confie. (D.B.)
La lumière. (P.A.F.)
6Quels sont les photographes que vous admirez ?
Irving Penn. (D.B.)
Ugo Mulas et les photographes milanais des années 70. (P.A.F.)
7Quelle photo aimeriez-vous réaliser ?
Je n’ai pas de souhait particulier. Pour moi chaque photo est une aventure. (D.B.)
Le sujet le plus banal pour l’embellir. (P.A.F.)
8Quels sont vos projets actuels ?
Demain peut-être un téléphone ! Un nouveau projet… un livre d’art, un catalogue de robots ménagers, une collection de bijoux… (D.B.)
Des photographies d’objets d’art illustrant un livre pour un musée. (P.A.F.)
9Qu’avez-vous envie de nous montrer lors de la prochaine édition des Confrontations ?
« Casse au 43ème » est un portfolio à tirage limité comportant seize images de petites voitures miniatures. Les modèles sont photographiés dans des décors minimalistes mais évocateurs, par la couleur, l’ombre, la texture et l’imagination d’ambiances particulières. (D.B. & P.A.F).
10Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?
Une belle idée de partage. Et peut-être la possibilité de montrer au public les différentes vies de la photographie. (D.B.)
Un moment de partage et de rencontre entre photographes. (P.A.F.)