Pascale Miller

« Errance féminine » - On aime : les ballons rouges….

pascale-miller

Copyright © 2014 – Pascale Miller
www.pascalemiller.fr

Les 3 questions Conf' à Pascale Miller

 

1Pourriez-vous nous donner le plus de détails possible sur la genèse de ce portfolio ?
Je courais après la neige et j’ai découvert une voie de chemin de fer abandonnée.
Face à ces rails l’histoire que j’ai eue envie de raconter s’est imposée comme une évidence et j’ai su qu’il fallait que je travaille avec un modèle.
Pendant deux mois, j’ai écrit un story-board où chaque scène a été rentrée dans son cadre.
Les accessoires ont été répertoriés, trouvés, repérage des lieux, des lumières, etc…
Ensuite, les prises de vues photographiques ont eu lieu au printemps et en été.
2 Qu’auriez-vous envie de dire au public des Conf’ pour présenter cette série ?
Le modèle a été volontairement photographié de dos afin que tout un chacun puisse se reconnaitre dans la recherche de « la quête de la voie » qui est propre à chaque individu, compte tenu de son histoire personnelle.
On retrouve en toile de fond, en filigrane, les éléments naturels que sont la Terre, l’Eau, l’Air, le Feu. Eléments naturels comme cette terre qui nous porte et que l’homme n’écoute plus…
La voie, chercher, tracer sa voie parmi la multitude de chemins ou suivre inexorablement sa destinée, car il y a tant de chemins mais au final un seul…
Quitter sa peau de Femme Enfant pour enfiler l’habit de Femme. Errer, se perdre pour mieux se retrouver. Sortir de l’ombre pour un aller sans retour vers la lumière, départ pour un ailleurs … meilleur.
3 Qu’auriez-vous envie de dire au public des Conf’ pour vous présenter ?
Je suis une photographe autodidacte qui n’a de cesse de vouloir s’améliorer et évoluer dans son mode photographique. Lorsque je photographie, plus rien ne compte, je suis « en lévitation », véritable jouissance de l’esprit.
Je m’attache particulièrement à rendre/donner à mes images une ambiance, une atmosphère pour transmettre au mieux ce que je vis et ressens intensément. Je travaille principalement sur des séries photographiques pour lesquelles j’ai auparavant écrit l’histoire.
J’ai commencé les expositions en 2011.