Charlotte & Ophélie

Charlotte&Ophelie

Copyright © 2016 Charlotte&Ophelie


Charlotte & Ophélie

Empreintes …
« Il s’agit de photos prises à une autre époque dans un endroit souvent inconnu et par des étrangers » telle est la manière dont Charlotte Jaeger et Ophélie Béhague définissent leur série… Étrange préambule à un travail indéniablement personnel bien que s’appropriant les photographies d’auteurs anonymes. De clichés souvenirs – vacances d’avant-guerre, enfants en costume marin, snapshots désuets, intimes – ces simples images devenues créations nous promènent dans un monde émouvant où ces inconnus souriant qui semblent nos cadets ont depuis longtemps disparu. A ce premier paradoxe s’ajoute celui d’une écriture dactylographiée envahissant l’image, mots également empruntés à d’autres par les deux artistes contemporaines. La résidence éphémère que nous leur proposons, synthèse d’une œuvre quasi schizophrénique plongera cette fois le public dans une atmosphère froide et étrange que nous ne souhaitons pas dévoiler avant l’exposition, afin d’en réserver la surprise au public des Confrontations Photo. Attention, équilibre psychique requis pour cette installation inédite !

Les 10 questions Conf' à Charlotte & Ophélie

1 Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?

C: Charlotte Jaeger, architecte ade hmonp, née à Luxembourg Ville, 1981.
O: Ophélie Béhague, curieuse et passionnée, vit et travaille entre Lille et Paris, 1985.

2

Quel est votre parcours photographique ?

C: Photographe amatrice depuis mon adolescence, j’ai en 2010 découvert le plaisir du tirage argentique. J’ai suivi des cours de photo à la HEAD en 2015.
O: EMPREINTES est le premier travail photographique artistique sur lequel je travaille. C’est la rencontre qui a fait naître ce projet. Avant la photo était pour moi un médium que j’utilisais pour mettre en avant un produit ou un univers (stylisme photo).

3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?

C: Qui captive le regard. Qui procure une émotion.
O: Celle qui procure une émotion, sans vraiment expliquer pourquoi quelque chose se passe.

4

Comment naissent vos photos (prises de vue, traitement, impressions) ?

C & O: Pour EMPREINTES la photo finale est le résultat d’un processus de recherche, triage, essais, sélections. Le support de présentation varie selon les séries.

5

Qu’est ce qui les inspire ?

C & O: Pour EMPREINTES il s’agit de photos prises à une autre époque dans un endroit souvent inconnu et par des étrangers. Certains négatifs inspirent par l’effet qu’ils procurent, d’autres par le mystère de la scène que l’on devine.
C’est avant tout un choix sensible, il faut que ce que l’on devine du négatif nous questionne, nous donne envie de voir plus.

6

Quels sont les photographes que vous admirez ?

C: Ma palette est restreinte et j’en admire beaucoup dont des inconnus. Il m’est difficile de répondre à cette question.
O: Il y a quelques années j’ai découvert un peu par hasard le travail de Jordi Gual, un photographe espagnol. Coup de foudre immédiat pour ce travail argentique, artisanal, de très petits formats.

7

Quelle photo aimeriez-vous réaliser ?

C: Une surprise!

8

Quels sont vos projets actuels ?

C: J’ai un projet de réseau photographique cartographié qui connecterait mes rencontres par des portraits.
O: Continuer avec Charlotte pour le projet EMPREINTES, puis d’autres projets mais éloignés de la photographie.

9

Qu’avez vous envie de nous montrer lors de la prochaine édition des Confrontations ?

C: Un travail perso. (je n’ai encore jamais montré mes propres prises de vue)
O: Le résultat, qui continuera d’évoluer, de ce travail à 4 mains. J’espère que l’installation proposée en parallèle des photos immergera les visiteurs dans un univers complet afin de faire vivre une expérience photographique et sensorielle.

10

Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?

C: Rapprocher des mondes visuels différents.
O: Mettre en regard des approches photographiques différentes ou parallèles