Espace Cyril Kobler

Portrait Cyril KoblerCopyright © 2016 – Cyril Kobler
Cyril Kobler

La vocation du festival n’a jamais été de multiplier les espaces liés au marché de l’Art photographique mais il nous a cependant semblé important de mettre en avant à chaque édition une galerie particulière, proposant au regard du public un bel esprit et des œuvres remarquables. La démarche de la Pinacothèque de Genève nous avait séduit en 2012, les collections personnelles d’Alexandre Devis (la AD Galerie de Genolier) nous avaient impressionné en 2014 et cette année, c’est à Cyril Kobler à qui nous avons proposé de se joindre à l’aventure des Confrontations Photo et d’exposer une sélection d’artistes qu’il affectionne. L’espace Cyril Kobler est aujourd’hui installé à Genève dans l’ancien garage où travaillait le propre père de Cyril. En ce lieu brut, épuré où l’on vous accueille toujours avec chaleur, il est forcément question de partage et de transmission. Celui qui se définit comme un plasticien nous y parle avant tout d’images, de création, d’œuvres, qu’il met en avant autant par ses cimaises que par le texte et l’échange. Nous voici donc encore une fois gâtés puisque le projet a séduit Cyril Kobler, qui nous propose en retour, en plus de quelques-uns de ses travaux personnels, trois expositions magnifiques : les oiseaux de Jean-Marie Manzoni, les autoportraits irrésistiblement mis en scène par Michel Lagarde et les nus somptueux de Christian Coigny. Un très beau rendez-vous pour le public du Grand-Genève et d’ailleurs…

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Copyright © 2016

Espace Cyril Kobler
© Michel Lagarde
© Cyril Kobler
© Christian Coigny
© Jean-Marie Manzoni

http://cyril-kobler.com

Les 8 questions Conf' à Cyril Kobler

1Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?

Je me définirais plutôt plasticien que photographe. J’aime les images « fabriquées » et conceptuelles. C’est sans doute dû à mes études aux Beaux-Arts.D’un caractère indépendant, après mon diplôme en photographie, j’ai très vite ouvert un studio dans le domaine de la communication visuelle. Depuis l’année 2000 je me consacre uniquement à mon travail artistique.

2Comment est née la Galerie Cyril. Kobler ?

Une opportunité : une arcade se libérait au « quartier des bains » à Genève, à la Coulouvrenière. Un quartier ou la vie culturels est très animé… Constatant le manque de galerie pour la photographie et le manque d’espace de rencontre pour les photographes dans cette ville, j’ai pris la décision de créer « La Galerie » devenue ensuite l’« Espace, Cyril Kobler »

3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?

Je dirais image, avant tout la créativité (ne pas faire du déjà-vu) ensuite la composition. Une bonne image doit être intemporelle.

4Qu’est-ce qui inspire vos choix ?

Là aussi, un travail créatif suscitant la nouveauté.

5Quels sont les photographes que vous admirez ?

Irving Penn – Andreas Gursky, parmi d’autres.

6Quels sont vos projets actuels ?

2016 est une année bien remplie. Après la présentation en avril de « Sur une image » soirée durant laquelle des textes de six auteurs inspirés par une image de Ursula Mumenthaler sont lus en public et font l’objet d’un recueil, je participerais en mai à la biennale de l’image de Nancy avec un travail personnel inédit. En juin je présenterais à l’espace CK pour la première fois en suisse le photographe Hollandais Cas Ootthuys (1908-1975) : des photographies sur la guerre 39-45. Fin août une exposition personnelle, à Ischia en Italie. Et en octobre je répondrais à votre invitation et serais avec grand plaisir chez vous, à Gex.

7Qu’avez-vous envie de nous montrer lors de cette édition des Confrontations ?

D’abord un artiste extraordinaire, Michel Lagarde. Un personnage qui se photographie et se met en scène dans des fresques en noir blanc. C’est génial plein de poésie et de drôleries. Puis un esthète du corps humain, Christian Coigny. La beauté de ces images en noir blanc est due à la maîtrise de la lumière et à la qualité des tirages argentiques. Enfin Jean-Marie Manzoni, avec son travail sur les oiseaux. Il les photographie en vole en laissant les flous du mouvement des ailes. Ces images ont une plasticité étonnante. Et je me laisserai tenter par l’envie de vous présenter quelqu’une de mes images, issues de mon travail landscape « abris » …

8Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?

Je dois avouer qu’au première abord cette expression m’évoque quelque chose de négatif : Confrontation armée… Conflit entre deux pays. Il m’a fallu l’aide de la définition du « petit Robert » pour apprivoiser cette appellation ; « Actions de rapprocher des choses, de les comparer en les opposant ».

Espace Kobler