Frédéric Briois

Frédéric Briois

Copyright © 2016 Frédéric Briois


Frédéric Briois

C’est une véritable expérience que nous nous proposons de vous faire vivre grâce aux images de Frédéric Briois cette année…
Pourquoi, le temps d’une visite, ne seriez-vous pas transportés à l’intérieur d’une cale de chalutier au milieu de la Mer du Nord ? Pourquoi ne pas vivre la matière brute, métallique, les tôles qui résonnent ? Pourquoi ne pas vous immerger dans l’obscurité d’une carène seulement éclairée par le faisceau d’une lampe électrique ? Pourquoi ne pas voyager au son des gémissements du navire, et des vagues qui se cassent sur l’étrave ?
Décider de programmer une telle installation se justifie par la passion du photographe embarqué quand il nous parle de son travail et par son intention photographique, c’est à dire l’essentiel : nous faire partager le quotidien sans concession des marins pêcheurs qui sortent au large quel que soit le temps, avec pour contraintes les marées et ce filet qu’il faut savoir remplir…
Si vous franchissez la porte, la lueur de vos fanaux ne vous montrera pas le bleu d’azur d’un océan idyllique mais le noir et blanc sans concession des images de Frédéric Briois. Vous irez alors à la rencontre des hommes de mer et du bateau qui les transporte, les protège, les fait douter et les fait vivre quotidiennement à cinq cent milles du Pays de Gex…

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Copyright © 2016 Frédéric Briois

Les 10 questions Conf' à Frédéric Briois

1 Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?

Je suis un photographe ordinaire, un parmi tant d’autres, 49 ans marié 2 enfants, rien de plus banal dans ce monde. Je suis parfois un grand naïf et surtout un grand rêveur angoissé. D’ailleurs j’en suis toujours à me demander pourquoi je suis en train de répondre à ce questionnaire. Pourquoi moi et pas un autre.

2

Quel est votre parcours photographique ?

J’ai commencé la photographie un peu comme tout ceux de mon âge avec de l’argentique en réalisant des photos de paysages, de famille, puis petit à petit je me suis tourné vers l’humain au sens large du terme. C’est-à-dire en m’immisçant peu à peu dans la vie des gens ordinaires que l’on croise dans la rue et en m intéressant à leur métier, leur savoir-faire. Il y a quatre ans j’ai décidé d’abandonner mon métier très bien payé de cadre de direction pour me livrer corps et âme à cette passion chronophage.

3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?

Une bonne photo et bien je n’en sais rien vraiment car c’est relatif mais avant tout elle doit transpirer d’émotions, susciter l’envie d’y revenir encore et encore, ne pas exprimer de lassitude dans sa lecture à force de la voir. Elle doit réveiller en nous des sentiments, que ce soit d’amour ou de dégoûts, elle doit être complexe mais paraitre tellement simple mais surtout, surtout ne pas susciter l’indifférence.

4

Comment naissent vos photos (prises de vue, traitement, impressions) ?


Elles naissent simplement sur le coup. Ce sont des photos du moment présent même si parfois je vais à bord des bateaux en ayant une idée bien précise de ce que je veux réaliser quand j’ai déjà vu le même type de scène et que je n’avais pas réussi à faire le cliché pour différentes raisons.

5

Qu’est ce qui les inspire ?

Le moment présent, la chance d’être au bon endroit et vivant et l’envie de transmettre un petit quelque chose.

6

Quels sont les photographes que vous admirez ?


Steeve Mc Curry, Man Ray pour sa vision précurseur à l’époque sinon ce peut être aussi le photographe amateur anonyme qui va se mettre en danger émotionnellement parlant pour sortir son cliché qui aura peut-être des carences techniques mais qui sera fait avec les tripes.

7

Quelle photo aimeriez-vous réaliser ?


Si seulement je le savais je m’en donnerais les moyens. Ah un reportage sur l’arrivée des premiers hommes sur Mars ? Ça compte ? De toute façon il n’y en aurait pas qu’un car sinon je serai obligé de poser l’appareil après, le devoir accompli et je n’ai pas envie d’arriver au bout de mon voyage photographique.

8

Quels sont vos projets actuels ?

Je suis en train d’essayer de rassembler des précommandes pour un nouveau livre dédié aux hommes de la mer. Un livre uniquement de clichés en Noir et blanc et qui reprend mes cinq dernières années de reportages sur les bateaux. Un projet très important pour moi, on verra bien… Sinon je commence à réaliser des reportages dans les entreprises du patrimoine vivant pour photographier les savoirs faire mais aussi les savoir être.

9

Qu’avez vous envie de nous montrer lors de la prochaine édition des Confrontations ?


J’ai envie de transporter les visiteurs dans un monde inconnus pour eux, les faire voyager avec moi parmi les embruns, le sel, les écailles et les doutes de ces hommes.

10

Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?


Tout d’abord j’aime énormément ce terme de confrontation. Pour moi il signifie différence et rassemblement. Différence dans l’approche de la photographie, différence dans les thèmes exploités. Rassemblement car l’axe central c’est la passion commune qu’est la photographie.
Pour moi les confrontations photographiques c’est avant tout mettre notre travail dans un pot commun dans un lieu donné et s’enrichir les uns les autres en partageant notre vision. Mais ce n’est surtout pas un affrontement, c’est un dialogue visuel et émotionnel entre êtres humains…