Marc Lamey

Marc Lamey

Copyright © 2018 Marc Lamey


Marc Lamey

Marc Lamey fut en 2012 le premier invité des Confrontations Photo. Il avait alors exposé à Gex sa splendide série « Where the wild roses grow » pour laquelle il avait été récompensé par un prix mais aussi quatre couvertures de magazine dans la même année…
Six ans plus tard, c’est avec un immense plaisir que nous proposons un nouvel espace à cet auteur prolifique afin de mettre en scène CURIOSITAS…
Sur fond noir intense, les cloches de Curiositas, fines coquilles translucides, deviennent des écrins pour cet alignement baroque qui ne tombe pas dans le piège d’un facile effet morbide. Marc Lamey nous propose un cabinet de curiosités, vivant comme ces fragiles sphères végétales. Il semble constitué d’éléments issus d’un antre mystérieux où s’animeraient des boules de cristal, bien plus que d’une simple collection d’échantillons anatomiques : ici, point de têtes décapitées flottant livides dans le formol, mais des petites fenêtres qui s’éclairent, révélant brièvement des univers étranges. À l’intérieur, les personnages éberlués semblent un instant surpris, apportant de leur monde les éléments qui se déchainent en miniature ou simplement le souffle du sentiment qui les animait au moment de ce singulier voyage.
De ces éphémères apparitions, on retient la surprise et la nudité des personnages face à leur curieux destin. On remarque surtout le raffinement de la mise en scène.

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Copyright © 2018 Marc Lamey

Les 10 questions Conf' à Marc Lamey

1 Qu’aimeriez-vous nous dire pour vous présenter en quelques mots ?

Un photographe qui aime le portrait, la mode, et plein d’autres sujets.
Un Marseillais (fausse grande gueule) habitant à Paris.
Un passionné du moment de la prise de vue, moins de ce qui se passe après.
Une production photographique assez importante et diversifiée même si maintenant on reconnait (plus ou moins) mon style.
Je dirais allez jeter un œil sur www.marclamey.com , vous y découvrirez en bien meilleur qualité que facebook ou Instagram… Mon univers photographique que ce soit en studio ou en extérieur.

2

Quel est votre parcours photographique ?

Je suis Auteur-photographe depuis 6 ans mais passionné depuis de plus nombreuses années. Autodidacte en ce domaine, mais bon depuis maintenant 16 ans que je m’y suis remis, je doute que ce terme soit adapté. En dehors d’internet, des publications dans des revues photo que ce soit en France ou a l’étranger, des concours (je n’aime pas vraiment la notion de concours payants) et quelques expositions…

3Pour vous qu’est-ce qu’une bonne photo ?

Une photographie sur laquelle on s’attarde et où l’on revient. Que ce soit par une émotion, une histoire ou simplement un élément qui nous attire tel que simplement la beauté ou le questionnement. Une photographie est pour moi différente d’une création graphique. J’aime beaucoup les photographies ou l’on pourrait penser qu’elles ne sont pas réelles alors qu’elles le sont, les photographies ou l’on peut avoir plusieurs niveaux de lectures. Le problème d’aujourd’hui est que la majorité des lieux ou l’on voit les photographies sont sur Internet et notamment les réseaux sociaux et que ceux-ci ne rendent pas grâce (sans parler de la censure) à la photographie qui mérite une bonne définition et souvent d’être imprimée en bonne dimension pour être appréciée. Instagram ou facebook c’est un peu comme l’arrière du boitier ou de l’Iphone : en petit c’est souvent joli pour ce qui ne passera pas en plus grand ; D’ou l’intérêt des expositions et des tirages.

4

Comment naissent vos photos (prises de vue, traitement, impressions) ?


Je travaille avec des équipements Nikon Pro et Profoto, aussi bien en extérieur qu’en studio. Mes post-traitements sont majoritairement sous lightroom à l’exception des retouches beauté. Dans le cas présent s’agissant de studio, j’utilise un Nikon D810, un objectif 105 1.4, un flash Profoto D500 avec ses modeleurs et des réflecteurs.

5

Qu’est ce qui les inspire ?

Mes envies du moment ; des idées que je mets de côté jusqu’à les affiner puis les concrétiser et avoir enfin le temps et les moyens de les exécuter. Mon univers photographique est fortement influencé par les musiques et leurs paroles. Si vous visitez mon site vous y verrez du sombre et du beaucoup moins sombre, mes photographies reflètent mon état d’esprit du moment.

6

Quels sont les photographes que vous admirez ?


Il y en a tant dans tant de domaines. Malheureusement on se réfère souvent à ceux qui ne sont plus de notre monde (puisqu’ils sont dans les musées ou galeries souvent). Alors pour en citer quelques-uns : Helmut Newton, Rankin, La Chapelle, Man Ray, Bourdin, Tim Walker, Sebastião Salgado mais aussi dans un domaine bien différent des photographes comme Vincent Munier.

7

Quelle photo aimeriez-vous réaliser ?


Il y en a tant… En général je suis mes idées après avoir vérifié que cela n’a pas été fait du moins de la même façon. J’aime en ce moment mixer de beaux paysages avec mes photographies de mode. Et j’ai a nouveau des envies d’image dans et sur l’eau.

8

Quels sont vos projets actuels ?

Je viens de terminer cette série que vous exposez. J’ai des séries en maturation principalement en extérieur pour le moment. Je réalise en général une série en studio par an. Un jour quelqu’un m’a dit, « une série peut continuer toute une vie, alors je m’amuse aussi à continuer quelques séries ».

9

Qu’avez vous envie de nous montrer lors de la prochaine édition des Confrontations ?


Une série de portraits. Un drôle de cabinet de curiosités, l’eau, le feu, l’air et la terre mais pas uniquement. Le confinement est propice à toutes les angoisses et il se passe de drôle de choses dans cet univers confiné, sous cette cloche de verre faite main. Les éléments semblent se déchainer par moment sous cette cloche. Ce que j’appellerai des bio-photographies puisque ce qui s’y passe est réel et naturel.

10

Pour terminer, que vous évoque l’expression « confrontations photographiques » ?


Ayant déjà participé aux Confrontations Photo, beaucoup de beaux souvenirs. La confrontation du regard du vaste et divers publics et notamment celle du jeune public très nombreux et qui regarde et parle sans filtre, juste de ce qu’ils ressentent. Et une équipe organisatrice fantastique.